Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ACTION ENFANCE CAMBODGE

Association humanitaire loi 1901 - œuvrant pour l'accès aux soins, à la santé, à l'éducation et l'autosuffisance alimentaire avec un potager bio et poulailler, dans des orphelinats au Cambodge

Le nouveau catalogue d'artisanat est en ligne !

Publié le 24 Octobre 2010 dans Notre catalogue artisanal

Notre nouveau catalogue d'artisanat est en ligne sur notre site internet

  CATALOGUE ARTISANAT ACTION ENFANCE CAMBODGE 2010 2011 blog

 

http://www.actionenfancecambodge.org/

  


Deux collections  y sont présentées :
Splendeurs du Cambodge

et Merveilles d'Asie

 

 


Les produits de la vente d'artisanat seront intégralement reversés dans nos projets  humanitaires en faveur de l'enfance défavorisée au Cambodge.

Alors, pourquoi pas un krama cambodgien en cadeau de Noël ?

Par vos achats, vous contribuez au financement de nos actions, merci !

 

echarpes presentation 2asie chine grand carré soie 022

  asie chine carré 4

 

 

 

krama soie carreau presentation 2

commentaires

Consultations à l'hopital

Publié le 23 Octobre 2010 dans Vie à l'infirmerie et soins aux enfants

Cette semaine, 2  jeunes filles, Pen Tom et Oum Vantay ont été conduites , par notre infirmier, à l'hopital Kantha Bopha.

Après avoir été reçues en consultations, un traitement leur a été prescrit.

 

La semaine prochaine, des rendez vous sont également prévus chez le dentiste.

 

 

commentaires

Le ballet royal du Cambodge en tournée en France

Publié le 22 Octobre 2010 dans Art culture et traditions

Actuellement, a lieu une tournée exceptionnelle en France du

 

 

affiche ballet royal du Cambodge

 

BALLET ROYAL DU CAMBODGE

 

 

 

Chorégraphie de Son Altesse Royale la Princesse Norodom Buppha Devi
Puisant à l’origine des grandes traditions de l’Inde brahmanique et de l’Asie du Sud-Est, le Ballet Royal du Cambodge donne à la Salle Pleyel sa vision de la légende de l’Apsara Méra. Cette troupe mythique cambodgienne dirigée par la Princesse Norodom Buppha Devi, fille du roi Norodom Sihanouk et ancienne danseuse étoile de ce ballet, fait du corps dansant une offrande à la divinité dont il reflète la perfection. La légende de l’Apsara Méra s’inspire de la quête du nectar d’immortalité (amrita) qui verra notamment la reine des Apsaras se réincarner sur terre en princesse Méra, fille du roi des Nagas (serpents mythologiques).

Avec le soutien et la collaboration du ministère de la culture et des beaux-arts du Royaume du Cambodge.

   

Source :

Salle Pleyel

 

 

ballet-royal-tournee-2010

 

Le Ballet royal du Cambodge perpétue la danse classique khmère, art emblématique du peuple cambodgien, et qui faillit disparaître dans les années 70. Encens, ors, tissus scintillants et mélodies envoûtantes : tout un monde vit dans cette tradition pluriséculaire, interprétée par des danseuses longtemps considérées comme des messagères entre le monde des humains et celui des divinités.

 

Les danses du Cambodge sont classées au patrimoine de l'humanité. Leurs gestes dessinés depuis des millénaires ont traversé les tourmentes de l'histoire. Ils sont censés donner aux femmes qui les exécutent la grâce des apsaras et offrir au public le reflet d'une vision céleste. Restaurées en 1955 par la princesse Kossomak, chorégraphe et mère de Norodom Sihanouk, et depuis vingt ans par SAR la princesse Norodom Buppha Devi, ministre de la Culture et des Beaux-Arts et ancienne soliste du Ballet royal, elles incarnent aujourd'hui la renaissance du royaume.

 

une vidéo

 

http://www.youtube.com/watch?v=gfdCY4NAj1g

 

 

et une autre, lors du festival de Fès 2010

http://www.youtube.com/watch?v=6IF9OrqHwJU

commentaires

Des nouvelles de la petite Srey No, 3 mois après son opération

Publié le 21 Octobre 2010 dans Une chaine humaine pour sauver SREY NO

La petite Srey No a été opérée à coeur ouvert en juillet dernier au Viet Nam.

 

Aujourd'hui, elle est toujours sous surveillance médicale.

Comme vous pouvez le constater , elle a pris du poids , elle pèse 7kg

Elle a maintenant 10 mois, ne marche pas encore, mais gazouille et court partout, à 4 pattes !

 

Bravo petite Srey No, tu es une battante !

 

 

 

Srey No oct 2010

Srey No et sa fidèle nounou

 

 

 

Merci à vous tous, qui par votre soutien et vos dons,

permettez à cette petite fille d'être soignée

commentaires

Inondation à l'orphelinat de Ptea Clara

Publié le 21 Octobre 2010 dans Vie quotidienne

 

D'importantes inondations ont lieu actuellement en Asie du sud est , dont le Cambodge.

Voici une image de l'orphelinat de PTEA CLARA qui a subi quelques dégats matériels  , mais, fort heureusement, tous les enfants vont bien

 

 

 

 

 

 

Ptea Clara inondation

commentaires

Une nouvelle visite chez le dentiste

Publié le 21 Octobre 2010 dans Vie à l'infirmerie et soins aux enfants

Aujour'hui, deux enfants ayant besoin de soins sont accompagnés chez le dentiste

 

 

en route pour aller chez le dentiste

 

 

 

commentaires

De généreux voyageurs ..

Publié le 21 Octobre 2010 dans Vie quotidienne

Deux généreux voyageurs viennent d'offrir 5 gros cartons de lessive à l'orphelinat de CEDC.

Un grand merci à Frédéric et Jean-Marc pour leur générosité.

commentaires

Inondations au Cambodge

Publié le 18 Octobre 2010 dans Vie quotidienne

 

 

Ces derniers jours, des inondations très importantes sévissent au Cambodge et l'on dénonbre déjà au moins 5 morts.

 

Les inondations ont affecté la plupart des districts de sept provinces : Kompong Speu, Kampot, Kandal, Siem Reap, Preah Sihanoukville, Oddar Manchey, Kok Kong.


A Phnom Penh, les inondations ont touché tous les quartiers de la ville. Le district de Dangkor à l’ouest de capitale où des centaines de maisons ont été endommagées, semble avoir subi les plus gros dégâts.

 

Environ  700 familles du district de Dangkor, à l’ouest de Phnom Penh, ont du être évacués ce week-end, la rivière Prek Thnoat ayant débordé.

 

 

commentaires

Départ pour une visite chez le dentiste

Publié le 15 Octobre 2010 dans Vie à l'infirmerie et soins aux enfants

Les enfants ont   aussi besoin de soins dentaires.

Aujourd'hui, ce sont NY et CHANTHA qui partent chez le dentiste, accompagné par notre infirmier

 

 

Ny et Chantha partent chez le dentiste

Avec un petit sourire ...

commentaires

Le Cambodge a célébré le Pchum Ben, fête traditionnelle

Publié le 12 Octobre 2010 dans Art culture et traditions

Le Cambodge a célébré le Pchum Ben ce vendredi 8 octobre

            

            Le Cambodge  célébrera cette année le Pchum Ben, fête traditionnelle des morts, le vendredi 8 octobre.

 

En référant au mot sanskrit « Binda » qui signifie les boules de riz qu'on offre aux mânes pour la création de leur corps spirituel après le décès, on peut comprendre tout de suite la terminologie « Ben », en khmer, précédé d'une particule « Pchum » signifiant « rassembler », dont le couple forme un composé Pchum Ben.

 

Le Pchum Ben est une fête traditionnelle des morts que célèbrent presque tous les Cambodgiens vers le quinzième jour après le Kan Ben qui commence du 1er jour au 14ème jour de la lune décroissante du mois de Photrobot du calendrier lunaire où le ciel est voilé de grisaille due aux nuages des pluies. Le Kan Ben est réservé au culte des morts pendant lequel Yâma, Roi des Enfers, monté sur un buffle, libère les âmes jugées coupables pour qu'elles viennent rejoindre un temps leur famille qui, d'après les mœurs et coutumes khmères, n'oublie jamais d'apprêter des mets et de confectionner des gâteaux tels que le Num Ansorm et le Num Korm faits respectivement du riz gluant additionné du lait de coco et garnis des ingrédients divers à l'intérieur et enveloppés par les feuilles de bananier cuit dans de l'eau bouillante et de pâte du même riz garnie à l'intérieur de la chair de coco sucrée, emballée également par les feuilles de bananier, mais cuite à la vapeur.

           

D'aucuns disent que les âmes des morts, après avoir cherché des offrandes en vain dans sept pagodes, maudissent leur famille.

           

Les bouddhistes, jadis imprégnés de sermons du Bien heureux, doivent offrir une partie de leurs préparatifs en mets ou en gâteaux à leurs parents dus à l'injure des ans avant même d'en aller offrir les restes aux bonzes au jour de la dernière quinzaine des morts. Souvent le chef religieux les conseille : « Les parents sont le Bouddha de chaque famille; il faut leur en offrir une partie avant qu'ils donnent ces mets aux moines ». Cette coutume avait lieu depuis l'antiquité où les Cambodgiens convertis dans le Brahmanisme croyaient que l'Atman, l'âme, de chaque personne, après le décès, circulait à travers le cycle de l'Océan de la transmigration des âmes et s'incarnait de nouveau s'il était encore imprégné des actes malsains, des souillures qui ne permettaient pas d'atteindre la délivrance complète où l'Atman, par la pratique de Yoga ou de tapas au moment où la personne était vivante, puis sans difficulté rejoindre le Brahman qui est le Dieu suprême.

           

Des inscriptions du Roi Yaçovarman 1er, fin du 9ème siècle, nous apprennent que, dans les nombreux couvents par lui fondés, on offrait chaque mois les boules de riz (Bay Ben) aux mânes dans le combat, aux âmes délaissées. Comme de nos jours, les campagnards plutôt que les citadins continuent à confectionner les boudins de riz gluant cuits dans du lait de coco mêlés d'ingrédients variables que sont les Bay Ben. On les dispose sur un plateau autour d'un gâteau fait du même riz dont la forme est pointue qu'on nomme le Bay Battbor qui est recouvert d'un cône de feuilles de bananier tronqué au sommet où l'on piqua des fleurs, les baguettes d'encens et une bougie.

           

D'habitude, le Bay Battbor est laissé à la pagode tandis que les Bay Ben sont ramenés à la maison; car chaque famille préfère célébrer chez elle une cérémonie consacrée aux esprits de leurs ancêtres avec les Bay Ben dans la nuit de la dernière quinzaine sous forme de banquet auquel participent des amis et connaissances. Souvent, en hommage du Bouddha, les Cambodgiens préparent une pyramide florale ornée de fleurs en clinquant et en papiers multicolores et surmontée d'une image d'oie sacrée, le hamsa qui à son tour soutient un cierge, dans la salle de fête de la pagode qu'est le Dharma-Sâla. Cette pyramide florale se nomme le Phka-Ben (fleur de Ben).

           

Le dernier jour du mois de Photrobot, le 15ème jour de la lune décroissante, a lieu le Pchum Ben, jour le plus important. La veille, chaque famille cambodgienne, s'applique à la confection des friandises à base de riz gluant jadis mentionnées et des mets divers pour en offrir une partie aux vieux parents et le reste aux bonzes, aux amis et connaissances; alors les esprits de morts peuvent en avoir leur part en vertu du Dharma (la loi) officié par des moines ou des bougies allumées et baguettes d'encens. Alors les villageois, les citadins, surtout les vieux, se rendent à la pagode pour écouter des sermons quand la nuit vient et durant laquelle a lieu la célébration religieuse où les bonzes chantent les psalmodies.

           

Dans certaines régions du pays, on célèbre certains rites en souvenir du Grand Départ de la vie de princière de Siddhârtha (futur Bouddha) pour l'ascétisme afin de rechercher un remède aux maux des hommes et de la préparation d'un mets fait des ingrédients les plus purs, madhu-pâyas, qu'une jeune Sujâtâ offre au Bouddha.

           

Quand le jour va poindre à l'horizon, les fidèles quittent pour un instant la pagode et y reviennent avec leur famille en portant soit à l'épaule, soit sur la tête, soit à la hanche, soit en voiture, des mets, des gâteaux, des offrandes, y compris le Bay Bettbor et les Bay Ben, qui sont préparés avec d'autant plus de soin. Le même jour, vers midi, on fait le Bangsukôl en demandant aux bonzes de réciter les prières pour le repos des âmes après avoir cédé tous les mets et friandises aux moines.

           

De nos jours, entre-temps de la célébration religieuse, dans certaines pagodes, on invite des solistes de guitare à deux cordes à long manche recourbé à chanter des proses relatives à l'édification et à la défense du pays ou au progrès remporté par nos patriotes ou aux exploits de tels héros historiques ou légendaires pour rendre la fête aussi solennelle que possible. La fête sera terminée le même jour dans l'après-midi. La nuit sera le petit banquet offert aux amis de chez-soi. Le lendemain, dans certains quartiers, les gens préparent des offrandes pour le génie protecteur du sol pour la prospérité des moissons.

           

Les fêtes sont finies, mais le dur travail des champs va se poursuivre dans un espoir positif avec un bon rendement après la récolte. --

 

source

AKP -Agence de Presse  Khmère

--------------------

commentaires
1 2 > >>